Égéries beauté : place aux aînées

Égéries beauté : place aux aînées
Isabelle Adjani au Festival de Cannes, le 8 mai 2018.

Longtemps cantonnées aux rôles d'égéries pour anti-rides, les femmes de plus de 50 ans se font une place là où jusqu'à présent, seules leurs benjamines régnaient irréductiblement.

2018 a marqué un tournant certain dans l'univers de la beauté, celui de l'émancipation des quinquagénaires (et plus) en tant qu'égéries. Dans une société où les diktats de beauté ont longtemps convergé vers un culte de la jeunesse, il était rare de voir apparaître une femme de plus de 50 ans comme visage d'un parfum ou d'un rouge à lèvres. Non, ces rôles-là étaient souvent réservés à la génération de mannequins fraîchement sortie de l'adolescence, les femmes d'âge mûr étant, quant à elles, reléguées aux anti-rides.

Par souci de cohérence, probablement, mais aussi à cause d'une discrimination silencieuse qui empêchait ces dernières d'explorer d'autres possibilités. Bonne nouvelle, 2018 change la donne et bon nombre de marques font appel à des égéries de 50 ans et plus pour les représenter.

La beauté n'a pas d'âge

Isabelle Adjani (63 ans) pour L'Oréal, Isabella Rossellini (66 ans) pour Lancôme ou encore Maye Musk (70 ans, et maman de l'homme d'affaires Elon Musk) pour Covergirl, elles sont plusieurs à avoir prêté leurs traits à des campagnes beauté loin des publicités d'anti-rides.

Un vent nouveau souffle sur les marques de beauté qui changent la vision de l'âge. Les enseignes M.A.C., Ulta Beauty, Eyeko ou encore Make-up Revolution ont, elles aussi, fait appel à des mannequins seniors pour sublimer la beauté. On espère que ce cap sera maintenu pour 2019 !

Vos réactions doivent respecter nos CGU.