Brigitte Bardot, ambassadrice du chignon iconique des années 1960

Brigitte Bardot, ambassadrice du chignon iconique des années 1960
Brigitte Bardot dans "L'Ours et la Poupée" (1970) de Michel Deville.

Dans les années 1960, la tendance est au coiffé-décoiffé, initiée par Jacques Dessange. Après être passée sous les mains avisées du célèbre coiffeur, Brigitte Bardot se dévoile coiffée d'un chignon trônant au sommet de sa tête. Le crêpage de chignon aux mèches vaporeuses a pour muse une icône et devient la coiffure à adopter. Bien des années plus tard, Version Femina fait le récit d'une anecdote à ce propos, survenue sur le tournage du long-métrage de Jean-Luc Godard "Le Mépris" en 1963.

Vendredi 4 décembre 2020, Version Femina a fait honneur à Brigitte Bardot, en racontant "pourquoi elle refusait qu'on touche à ses cheveux et son chignon iconique des années 60". Une anecdote qui prouve que l'actrice a fait de sa coiffure sa signature. En 1963, Jean-Luc Godard la choisit pour incarner Camille Javal dans "Le Mépris". Aux côtés de Michel Piccoli, son époux dans le long-métrage, elle s'envole pour Sperlonga en Italie, lieu du tournage. Mais sur place, le réalisateur et l'actrice vont s'accrocher sur deux points : le style vestimentaire de Brigitte Bardot et sa coiffure.

Un désaccord capillaire

"Les mini jupes affectionnées par l'actrice, la coiffure imposante qu'elle affiche sont autant de points de désaccords entre les deux artistes", détaille Version Femina. Une histoire que raconte Jean-Luc Godard la même année, relayée par l'INA : "Les deux seuls problèmes vraiment que j'ai eus avec elle, c'était lui faire arriver à mettre sa jupe en-dessous du genou. Et ça j'y suis absolument pas arrivé. Et puis lui faire baisser sa choucroute. Enfin sa... son truc immense. Ça, ça a été difficile." En effet, la coiffure arborée par la star n'est pas du goût du réalisateur, mais Brigitte Bardot n'a aucunement l'intention d'enlever ce chignon si bien imaginé par Jacques Dessange. Alors Jean-Luc Godard lui propose un compromis, comme il le raconte à l'époque : "Est-ce qu'à chaque mètre que je marche sur les mains, vous accepteriez de baisser d'un centimètre votre coiffure ?" S'il remporte la partie pour sa chevelure, pour la tenue vestimentaire, en revanche, rien n'y fait. "Il n'a eu d'autres choix que d'utiliser la magie du cinéma en cadrant Brigitte Bardot à mi-poitrine... ou en l'habillant d'un peignoir", écrit Version Femina.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.