Union : quel régime matrimonial choisir pour protéger ses finances ?

Union : quel régime matrimonial choisir pour protéger ses finances ?
Le régime matrimonial de séparation de bien est idéal pour l'indépendance financière.

Lorsque l'on choisit de s'engager pour la vie avec la personne que l'on aime, aux yeux de la loi et à travers un mariage ou un pacs, de nombreuses obligations viennent à vous. Pour protéger son patrimoine en cas de problème soudain, tant au niveau de la vie privée que des finances personnelles, il est conseillé de s'engager à travers un contrat de mariage. Voici quelques lignes pour vous aider à tout comprendre.

Le mariage ou même le pacs sont toujours d'importants moments dans la vie d'une personne, puisqu'ils affirment aux yeux de la loi l'union de deux personnes, pour le meilleur mais aussi pour le pire. C'est aussi une façon, pour le couple, d'honorer ses droits et ses devoirs en tant qu'un seul et même foyer. Et même si l'amour règne sous les étoiles, il est important d'être prévoyant : la signature d'un contrat de mariage est alors importante. Elle permet, en fonction du régime choisi, de tout partager avec son ou sa partenaire même en cas de coups durs ou bien de protéger son patrimoine et ses biens, en cas de catastrophe ou de désaccord profond pouvant mener les deux amant(es) jusqu'au divorce.

Opter pour le régime de séparation des biens plutôt que communautaire

Lorsqu'il s'agit de protéger ses finances et son patrimoine, et si vous ne vous sentez pas de tout partager avec votre conjoint, l'État vous permet de vous tourner vers un régime matrimonial de séparation des biens. Il est important, pour cela, de se rendre chez un notaire pour signer le contrat stipulant vos engagements. Contrairement au régime communautaire, qui vous incite à tout partager quelle que soit la situation financière de votre foyer, chacun possède ici ses propres biens et les gère de façon autonome. En cas de problèmes liés à des situations financières très différentes (souvent liées à une situation professionnelle délicate comme l'entrepreneuriat par exemple), cela met l'époux(se) à l'abri. Seuls les biens et les finances de l'un sont saisis en cas de dettes. De même, vos biens et vos finances n'appartiennent qu'à vous et seul vous décidez de ce que vous pouvez en faire. Le revers de la médaille : aucun enrichissement ni partage des finances n'est possible durant la vie commune.

Une indépendance financière non-négligeable

Lorsque l'on porte son choix sur un régime matrimonial de séparation des biens et non communautaire lors d'une union, c'est prendre la voie de l'indépendance financière. Vous n'avez ainsi pas à dépendre de votre conjoint(e) en cas de coup dur : s'il est possible d'ouvrir un compte joint sur lequel tous deux mettez de l'argent après le mariage, les comptes vous appartenant avant de vous lier pour la vie devant la loi resteront les vôtres. Votre partenaire n'aura aucun droit de regard sur celui-ci. En faisant le choix de l'indépendance financière, vous rendez également les choses plus simples pour votre famille si celle-ci est recomposée. Les intérêts et le patrimoine des enfants de précédentes unions seront clairement définis : en cas de problème, ils hériteront de vos biens et finances sans que personne ne puisse contester.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.