Comptes VS livrets d'épargne : comment faire le bon choix ?

Chargement en cours
Pas facile de s'y retrouver parmi les différents types d'épargnes.
Pas facile de s'y retrouver parmi les différents types d'épargnes.
1/2
© Adobe Stock, fizkes

Face à la multitude de services bancaires proposés dans les établissements concernés, il n'est pas toujours facile de s'y retrouver. CEL, PEL, livret A... Découvrez les différentes options pour mieux choisir celles qui correspondent à vos besoins.

Si tout le monde ou presque possède un compte courant, dispositif bancaire qui permet de gérer ses rentrées et ses sorties d'argent au quotidien, ce type de compte n'a pas vocation à mettre de l'argent de côté. C'est pour cette raison qu'en complément, la plupart des Français utilisent également d'autres services pour économiser en vue de leurs projets. Mais s'y retrouver parmi la multitude d'offres n'est pas toujours chose facile.

Le livret A, placement préféré des Français.

Le livret A est ce que l'on appelle un livret réglementé, entièrement défiscalisé. Cela signifie que les intérêts qu'il rapporte à son possesseur ne sont pas imposables. Mais c'est loin d'être son seul avantage. En effet, le livret A n'est pas un compte bloqué, vous pouvez y placer de l'argent à tout moment, mais aussi le retirer en cas de coup dur ou de dépense imprévue. Il n'est pas limité en terme d'âge. En revanche, il est plafonné à hauteur de 22 950 euros, ce qui représente tout de même une somme confortable.

Le PEL, pour l'investissement immobilier

Le Plan épargne logement permet, comme son nom l'indique, de mettre de l'argent de côté pour constituer une épargne durable, en vue d'acheter un bien immobilier. Ce dernier est toutefois bloqué pendant au moins 4 ans, et il est possible de verser de l'argent dessus pendant 10 ans maximum. Par la suite, vous pourrez toutefois laisser votre argent fructifier dessus : il rapporte 1% de la somme qu'il contient chaque année. À son ouverture, vous devrez déposer 225 euros sur ce plan épargne, et ajouter 540 euros chaque année. Le plafond est situé à hauteur de 61 200 euros, hors intérêts. En revanche, impossible de piocher dedans : pour récupérer les fonds, il faut impérativement le fermer, d'où l'expression "craquer son PEL".

Le CEL, plus libre que le PEL

Si le PEL est un moyen de mettre de côté en bloquant des fonds, le CEL, ou Compte épargne logement, est plus libre puisque les fonds restent disponibles. Vous pouvez donc y placer et retirer de l'argent comme bon vous semble. S'il ne rapporte pas d'intérêts, il permet toutefois quelques avantages, comme la possibilité de bénéficier, sous certaines conditions, d'un prêt immobilier, d'un prêt travaux et d'une prime d'État.

Le CAT, un compte ultra-bloqué

Autre option si vous êtes sûr et certain de ne pas avoir besoin tout de suite des fonds que vous allez placer pour votre futur investissement : le compte à terme, ou CAT. Ce dernier est un compte d'épargne qui offre un taux d'intérêt élevé à condition que les sommes déposées restent bloquées. Pour l'obtenir, vous devrez signer un contrat qui précise la durée exacte du placement, le fonctionnement du compte et le type de taux d'intérêts qui s'y appliquera. Mais si la somme est débloquée avant la date fatidique, les intérêts seront perdus.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.