À quelles aides prétendre en cas d'inondations chez soi ?

À quelles aides prétendre en cas d'inondations chez soi ?
Ce sont les assurances qui s'occupent des aides financières lors d'inondations.
A lire aussi

Aujourd'hui, les catastrophes naturelles sont de plus en plus régulières, et avec elles les risques d'inondations. Des aides financières sont donc mises en place pour aider les personnes les plus touchées. Mais quelles sont-elles et comment y prétendre ? Voici quelques indications.

La tempête Xynthia en 2010, les crues du mois d'octobre 2018 dans l'Aude ou même encore les inondations de mai et juin 2016 dans les régions du Centre et de l'Île-de-France : voici autant d'exemples de catastrophes naturelles survenues ces dernières années. Des phénomènes naturels violents amplifiés par le dérèglement climatique et générant de nombreux sinistrés parmi la population. Il faut dire que selon le ministère de la Transition écologique et solidaire, près de "17,1 millions d'habitants permanents" sont "exposés aux différentes conséquences des inondations par débordement de cours d'eau", dont "16,8 millions en métropole"et "1,4 million (...) au risque de submersion marine". Des chiffres qui démontrent l'importance d'anticiper de tels événements en souscrivant aux bonnes assurances. En cas d'inondations d'ailleurs, informez-en immédiatement cette dernière : elle vous expliquera les mesures à prendre et vous indiquera à quelles aides financières vous pouvez être éligible.

La reconnaissance de l'état de catastrophe naturelle : un élément important

Pour pouvoir prétendre aux aides de l'assurance, évitez de déclarer ce qu'il ne faut pas. Le dégât des eaux est un problème d'origine intérieur, quand les inondations sont considérées comme un sinistre d'origine extérieure, causé par un phénomène rare et violent. De même, si la zone dans laquelle vous habitez a été déclarée par l'État comme état de catastrophe naturelle (à travers un arrêté ministériel paru au Journal officiel), il est possible de prétendre à des indemnisations n'étant pas couvertes par l'assurance habitation multirisque. Dans de tels cas, le montant de la franchise atteint les 380 euros pour "les habitations, véhicules et biens à usage non-professionnel", selon le site économie.gouv.

Se tourner vers la garantie inondation

Si vous disposez d'une garantie tempête dans votre contrat d'habitation multirisques et que votre commune n'a pas été ou du moins pas encore reconnue en état de catastrophe naturelle, il est possible de faire jouer cette clause. Son avantage ? Elle ne concerne pas forcément que les dégâts matériels, mais peut aussi vous rembourser le pompage de l'eau, le déblaiement ou même la désinfection et le nettoyage des bâtiments dans certains cas. Pour pouvoir prétendre à ces aides versées par votre assurance, votre quartier ou votre commune doit en revanche avoir été touché de plein fouet par de fortes pluies, conséquence des inondations, et non un autre élément déclencheur. Une fois les détails vus avec l'assurance à ce sujet, un expert doit être mandaté afin d'examiner l'étendue des dégâts. Un chiffre d'indemnisation est ensuite donné par ce dernier, qui, s'il vous convient, vous permet un versement des aides quelques mois plus tard.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.