5 choses à savoir sur le taux d'endettement

Chargement en cours
Le taux d'endettement ne doit pas dépasser les 33% de vos revenus.
Le taux d'endettement ne doit pas dépasser les 33% de vos revenus.
1/2
© Adobe Stock, nenetus

Emprunter de l'argent à tout-va, ce n'est pas possible. Que ce soit dans le cadre d'un prêt étudiant ou d'un prêt immobilier, il faut respecter ce que l'on appelle un taux d'endettement à ne pas dépasser. Comment le calculer, à quoi sert-il ? Explications.

Qu'est-ce que le taux d'endettement ?

Le taux d'endettement, c'est le pourcentage de la part des revenus d'une personne ou d'un foyer qui est consacrée au remboursement mensuel des charges financières liées à des prêts. C'est donc le pourcentage du montant consacré à rembourser les prêts immobiliers, prêts étudiant et autres prêts personnels et crédits à la consommation.

Quel est le montant maximum du taux d'endettement ?

Il n'existe pas de limite légale au taux d'endettement, mais celui-ci est communément fixé à 33%, voire parfois à 35%, soit un tiers des revenus des personnes ou des foyers concernés. Au-delà, les banques et les organismes de prêts risquent de refuser de vous prêter de l'argent, car ils estimeront que votre capacité d'emprunt est dépassée, et que vous aurez probablement des difficultés à tout rembourser en temps et en heure. Bien sûr, le taux d'endettement peut varier en fonction des revenus. Plus une personne possède des revenus importants, moins elle aura de difficultés à obtenir un prêt conséquent.

Comment est calculé le taux d'endettement ?

Ce taux se calcule à partir d'un pourcentage de vos charges fixes sur vos revenus mensuels. Le calcul est simple : il faut diviser le montant des charges fixes par le montant des revenus, et multiplier le tout par 100 pour obtenir un pourcentage. Les charges fixes comprennent les crédits en cours, le loyer et les pensions que vous versez (pension alimentaire, notamment), tandis que les revenus prennent en compte les salaires, les aides (allocations logement, RSA, chômage...), les pensions (alimentaire, retraite, handicap...) perçues, ou encore les loyers reçus si vous êtes propriétaire, ainsi que le 13e mois si vous y avez droit. Les primes exceptionnelles ne sont pas prises en compte dans ce calcul.

Que faire en cas de mal-endettement ?

À cause d'un changement dans votre vie personnelle ou professionnelle, vous pouvez vous retrouver en difficulté pour rembourser vos crédits. Selon la situation, vous pouvez alors entrer dans une situation de mal-endettement. Ce n'est pas dramatique, cela signifie juste que votre taux d'endettement a dépassé les 33%. Pour rééquilibrer votre budget, il est alors important de contacter votre banque et d'envisager un rachat de crédit. En réunissant tous vos crédits sous la même égide, vous pourrez avoir des taux préférentiels et des mensualités réduites, tout en bénéficiant d'un vrai accompagnement, afin d'éviter que la situation ne dégénère.

Que faire en cas de surendettement ?

Si votre taux d'endettement dépasse les 55% et que vous n'êtes plus en capacité de rembourser vos prêts en temps et en heure, la situation est différente. Elle est définie par l'article L331-1 du Code de la Consommation qui stipule que "la situation dans laquelle se trouvent des personnes physiques dont la situation est caractérisée par l'impossibilité manifeste pour le débiteur de bonne foi de faire face à l'ensemble de ses dettes non-professionnelles exigibles et à échoir." La seule solution est alors de se tourner vers la Banque de France et de monter un dossier. Cette dernière réglera vos dettes et mettra en place un plan de remboursement sur le long terme, tout en modifiant votre accès à vos finances personnelles.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.