Voiture ou transports en commun : que choisir pour limiter ses dépenses ?

Chargement en cours
Si vous êtes un salarié du secteur public ou privé, la moitié de votre abonnement aux transports en commun vous sera remboursé.
Si vous êtes un salarié du secteur public ou privé, la moitié de votre abonnement aux transports en commun vous sera remboursé.
1/2
© Adobe Stock, rh2010

Quel que soit son lieu de résidence, la question du coût des transports occupe souvent une place centrale dans les dépenses du quotidien. Avec l'augmentation du prix des carburants, nombreux sont ceux qui se dirigent vers l'usage des transports en commun. Mais est-ce vraiment économique ?

Face à la difficulté croissante à se déplacer en voiture dans les grandes villes, de nombreuses personnes sont amenées à reconsidérer la manière dont elles effectuent leurs déplacements quotidiens et à opter pour l'usage des transports en commun. Une solution qui peut sembler plus économique financièrement, même si la réalité s'avère un peu plus nuancée.

La voiture moins chère que les transports en commun ?

En effet, si l'on exclut certains frais liés à l'entretien d'un véhicule et que l'on ne se base que sur ceux liés au carburant et au stationnement, il semblerait que dans certaines grandes villes, emprunter les transports en commun soit une solution légèrement plus onéreuse pour se déplacer. Un article d'août 2020 publié sur le site de France bleu rapportait ainsi que, selon une étude de la Fédération nationale des usagers des transports (FNAUT), la voiture coûterait jusqu'à 30% de moins que les transports en commun sur la région Île-de-France.

Un constat en forme de trompe-l'oeil

Toutefois, il convient de venir évaluer ce premier constat. En effet, s'il est vrai qu'une carte ou un abonnement aux transports en commun peut être particulièrement onéreux dans certaines grandes villes, certains facteurs permettent de venir apporter de la nuance à ce premier constat. Ainsi, comme nous le disions plus haut, cette étude ne prend pas en compte les frais dits "marginaux" liés à l'entretien du véhicule. Elle exclut donc non seulement les frais d'assurance, mais aussi les éventuels frais de réparation ou d'entretien qui peuvent vite peser de manière conséquente sur votre budget.

Par ailleurs, il faut rappeler que dans le cas d'un salarié appartenant au secteur privé ou public, celui-ci pourra se faire rembourser la moitié du coût de sa carte ou de son abonnement par son employeur. Un gros avantage lorsque l'on sait que, a contrario, le remboursement des frais de carburant ne sont pas une obligation. Cette mesure vient en effet réduire drastiquement la note et fait que, pour la majorité des travailleurs, employer les transports en commun reste la solution plus économique.

Des inégalités qui entraînent des discriminations économiques

Bien entendu, il faut rappeler qu'en dehors d'être une solution économique, emprunter les transports en commun en lieu et place de sa voiture est aussi une initiative plus écologique. Néanmoins, il est important de mettre en avant que nous ne sommes pas tous égaux quant à nos moyens de déplacement. Si l'on prend l'exemple d'une personne qui se trouve en situation de handicap mais étant en mesure de conduire, celle-ci privilégiera souvent la voiture en raison de transports en commun souvent inadaptés.

De même, la capacité de chacun à opter pour les transports en commun dépend grandement de l'environnement dans lequel il habite. En effet, le choix entre voiture et transports en commun est avant tout un dilemme de citadin. Si les résidents des grandes villes ont généralement à leur disposition plus de choix quant à leurs moyens de se déplacer, les personnes habitant au contraire dans des zones plus rurales n'ont souvent guère d'autre choix que d'emprunter leur véhicule au quotidien. Dans ce cas particulier, et si la situation le permet, certaines solutions peuvent permettre de réaliser des économies au quotidien en mettant par exemple en place un système de covoiturage entre collègues pour se rendre sur son lieu de travail.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.