Tickets restaurants dématérialisés : quelles limites ?

Chargement en cours
Contrairement à l'utilisation des tickets restaurants, il existe un plafond pour les usages des titres dématérialisés.
Contrairement à l'utilisation des tickets restaurants, il existe un plafond pour les usages des titres dématérialisés.
1/2
© Adobe Stock, Jacob Lund

Depuis 2014, les tickets restaurants papiers disparaissent peu à peu pour laisser place aux tickets dématérialisés. Si ces derniers apportent de nombreux avantages pour les commerçants, l'entreprise et le salarié, ils montrent tout de même quelques limites. Zoom sur un nouveau moyen de paiement pas si pratique que ça.

Depuis 1913, les titres-restaurants sont considérés comme des moyens de paiement à part entière, délivrés par certaines entreprises du privé pour leurs salariés. Ils sont la plupart du temps fournis lorsque l'entreprise ne possède pas de cantine : les employés doivent dans ces cas-là se restaurer à l'extérieur de leur lieu de travail, dans un restaurant ou un commerce en utilisant les titres fournis pour payer le repas. Avec l'évolution de la société et le tout digital, les titres-restaurants papiers sont de moins en moins privilégiés car moins adaptés, et les entreprises s'intéressent plus au dématérialisé, mis en place en 2014. Depuis, deux types d'offres ont émergé et sont ainsi proposées par l'ensemble des émetteurs traditionnels. On retrouve par exemple la carte à puce rechargeable, mais aussi les applications mobiles, moins répandues, mais qui peuvent tout autant permettre au salarié de payer sans contact, sans carte, à travers son mobile.

Une question de praticité

Si le dématérialisé a le vent en poupe, c'est notamment grâce à sa praticité. Comme les tickets papiers, la carte est prépayée par l'entreprise et le salarié, mais n'a pas à être transmise à ce dernier chaque mois. Une seule carte est possédée par l'employé et cette dernière est rechargée mensuellement à distance par l'employeur. Ainsi, plus besoin d'attendre plusieurs semaines le temps de recevoir les précieux coupons. De même, le montant dépensé est directement débité sur la carte, comme une carte bancaire classique, et le paiement effectué avec celle-ci ne peut excéder les 19 euros en commerce et les 38 euros en restaurant. Il est également possible de commander en ligne avec. Côté commerçant, la dématérialisation a aussi du bon : les remboursements lors d'achats effectués par carte restaurants sont automatisés.

Le dématérialisé plus limité que le papier ?

Avec l'évolution des titres-restaurants vers la dématérialisation viennent aussi des limites. En effet, malgré son utilisation de plus en plus importante, de nombreux commerçants restent encore à l'ère du papier, vous obligeant à payer de votre poche. De même, ce plafond journalier imposé si avantageux pour les entreprises l'est moins pour les salariés, qui ne peuvent payer que pour eux-mêmes et non pas pour leurs proches, ni leur fournir leur carte comme il était commun de le faire pour les tickets restaurants.

Avec les titres sur des cartes et non plus sur du papier, c'est bon nombre d'arrangements entre les commerçants et les salariés qui disparaissent : il n'est plus possible de se servir de la carte pendant les congés ou encore le dimanche.

Si la tendance du dématérialisé est plus pratique, elle fixe en revanche de nombreuses limites qui créent un fossé face aux possibilités des tickets.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.