Exonération forfaitaire liée au télétravail : comment ça marche ?

Chargement en cours
L'exonération forfaitaire liée au télétravail est généralement versée par l'employeur.
L'exonération forfaitaire liée au télétravail est généralement versée par l'employeur.
1/2
© Adobe Stock, baranq

Si la crise sanitaire a contribué à démocratiser le télétravail, celui-ci est parfois synonyme de frais supplémentaires pour le salarié. Or, saviez-vous que certaines de ces dépenses peuvent être prises en charge grâce à l'exonération forfaitaire liée au télétravail ? On vous explique ce dispositif.

Un dispositif à l'initiative de l'employeur

Travailler de chez soi peut avoir certains avantages. Toutefois, entre l'achat de fournitures, d'un bureau ou des dépenses liées au chauffage et à l'électricité, le télétravail peut également engager des frais supplémentaires pour le salarié. En effet, selon une enquête du cabinet ConvictionsRH datant d'avril 2021, il est estimé que travailler de chez soi entraîne un surcoût mensuel moyen de 14 à 186 euros pour un salarié à temps plein. Face à ce constat, il est donc intéressant de se renseigner sur l'exonération forfaitaire liée au télétravail ; un avantage financier qui peut être mis en place par les entreprises pour en faire bénéficier leurs salariés. Toutefois, ce dispositif reste optionnel et doit être prévu au préalable par la convention collective de branche pour pouvoir s'appliquer.

Comment est-elle calculée ?

Quand elle est versée par l'employeur, l'exonération prend la forme d'une prime. Celle-ci est plafonnée et peut ne pas couvrir l'intégralité des frais engagés au titre du télétravail. Versée de manière mensuelle, son montant se calcule en fonction du nombre des jours travaillés à domicile sur une semaine. Ainsi, pour une journée de télétravail hebdomadaire, elle sera de 10 euros par mois et passera à 20 euros pour deux jours de travail et ainsi de suite. Autre possibilité, l'indemnité peut être calculée en fonction du nombre de jours télé travaillés sur le mois. Elle ne peut alors pas excéder 2,5 euros par jour avec une limite de 55 euros par mois, ou 580 euros par an. Normalement, si elle rentre dans les montants précédemment cités, l'indemnité n'est pas soumise aux cotisations sociales et est exonérée d'impôts. Vous n'aurez donc pas à la déclarer.

Que faire si l'employeur ne verse pas de prime télétravail ?

Si votre employeur ne vous verse pas d'allocation dans le cadre du télétravail, sachez qu'il est tout de même possible de bénéficier d'une exonération d'impôt sur certains frais liés à votre activité professionnelle. En effet, chaque salarié bénéficie par défaut d'une déduction forfaitaire de 10% qui est automatiquement calculée en fonction des salaires déclarés. Or, vous pouvez au moment de votre déclaration d'impôts opter pour une autre solution en choisissant de déclarer ce qu'on appelle les "frais réels", c'est-à-dire en déclarant toutes les dépenses que vous avez personnellement engagé dans le cadre de votre activité.

Dans ce cas, les frais liés au télétravail peuvent également être déduits de vos impôts à condition de pouvoir justifier à la fois l'année de l'achat et que le matériel pour lequel vous avez dépensé de l'argent a bel et bien été employé dans le cadre de votre travail. Si la valeur de votre achat est inférieure à 500 euros hors taxe, vous pourrez ainsi en déduire la totalité. Attention cependant, certaines dépenses, à l'image des abonnements internet, ne sont pas éligibles.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.