Doit-on forcément diviser tous les achats par deux lorsque l'on est en couple ?

Chargement en cours
Le contrôle du budget familial est une question très importante au sein d'un ménage.
Le contrôle du budget familial est une question très importante au sein d'un ménage.
1/2
© Adobe Stock, LIGHTFIELD STUDIOS

Depuis toujours, le contrôle du budget familial est une question très importante dans un ménage, d'autant plus s'il y a un ou plusieurs enfants dans l'équation. Si certains couples optent pour mettre leurs salaires en commun sur un même compte bancaire, la plupart préfèrent gérer leurs dépenses chacun de leur côté, quitte à diviser le moindre achat par deux. Mais existe-t-il vraiment la solution parfaite pour gérer son argent sans inégalité ?

C'est une question que beaucoup de jeunes couples se posent aujourd'hui. Si la femme était contrainte de demander la permission à son mari pour ouvrir un compte bancaire il y a encore quelques dizaines d'années, ce n'est désormais plus du tout le cas. Aussi, la répartition des dépenses quotidiennes soulève de nombreuses questions. La vérité, c'est que mise à part quelques conseils sensés, tout dépend du degré de confiance sur lequel se base votre relation.

Un compte joint pour les dépenses quotidiennes

Si vous ne voulez pas vous lancer dans des calculs trop alambiqués qui vous rendront chèvre à coup sûr, le compte commun est la solution la plus pertinente. Néanmoins, il n'est recommandé de l'utiliser que pour les achats quotidiens et essentiels à la survie de votre famille. Ainsi, le compte commun est idéal pour gérer tout ce qui concerne les courses alimentaires, les éventuels travaux de votre domicile ou encore les achats d'habits et de fournitures scolaires pour vos enfants, si vous en avez. De même, le compte joint peut également être utilisé à l'approche des fêtes, pour faire des cadeaux à vos petites têtes blondes ou à vos amis communs. En revanche, pour tout ce qui a trait à vos dépenses personnelles (loisirs, passions, petits plaisirs etc), vous ne pouvez exiger de votre conjoint(e) qu'il ou elle y participe financièrement. Dans cette mesure, il existe donc d'autres dépenses pour lesquelles vous ne devez pas forcément diviser la somme par deux.

Abonnements, assurances et autres mensualités

Parmi les petites dépenses au sein d'un foyer, on peut compter les différentes assurances (habitation, voiture, santé etc) et les divers abonnements. Pour éviter de vous compliquer la vie, ne divisez pas toutes ces petites sommes par deux. Répartissez plutôt ces mensualités de manière équitable entre vous et votre bien-aimé(e). Par exemple, si la femme paye l'assurance habitation, le mari se devra de payer l'abonnement internet et ainsi de suite. Le but est qu'au final, chaque membre du couple paye à peu près la même somme que l'autre afin d'éviter les disparités et les éventuels conflits financiers qui pourraient suivre...

En revanche, pour les assurances voitures, si chacun des deux membres du couple a sa voiture, il conviendra à chaque partie de payer les assurances nécessaires à l'entretien de son propre véhicule. Pas de jaloux !

Achat immobilier : on divise !

Si certaines exceptions peuvent être faites en fonction des revenus de chacun, l'achat immobilier est probablement le seul investissement qui exige une division en bonne et due forme, à moins que vous n'ayez une confiance aveugle en votre partenaire de vie. En général, l'achat d'un appartement ou d'une maison relève d'un projet de vie très important et particulièrement cher qui se construit à deux. C'est pourquoi l'achat doit impérativement être partagé de manière équitable. En procédant de cette façon, les banques seront d'ailleurs beaucoup moins réticentes à vous accorder un prêt. Enfin, en cas de divorce ou de séparation, le partage des biens sera ainsi beaucoup plus aisé, rapide et moins conflictuel.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.