Carte bleue, chèque, virement... Quel moyen de paiement choisir ?

Chargement en cours
La carte bancaire reste le moyen de paiement le plus flexible.
La carte bancaire reste le moyen de paiement le plus flexible.
1/2
© Adobe Stock, ViDi Studio

Entre les espèces, les chèques ou encore les virements bancaires, il n'est pas toujours simple de savoir quel moyen choisir pour régler vos achats. Sans plus attendre, voici un petit point sur les différentes options et sur leurs avantages et leurs inconvénients.

La carte bancaire : la méthode la plus flexible

S'il fut un temps où régler ses achats quotidiens en chèque était monnaie courante, aujourd'hui la carte bancaire lui a largement volé la vedette. Plus flexible, elle est acceptée pour les achats en ligne, dans la plupart des commerces (parfois à partir d'un montant minimum) mais aussi par exemple chez les professionnels de santé. Par ailleurs, elle peut être utilisée pour effectuer des transactions à l'étranger. Son usage comprend toutefois quelques limites dont celle d'être inutilisable entre particuliers. La plupart des retraits et des paiements par carte sont par ailleurs limités par des plafonds. Enfin, le débit différé de la grande majorité des cartes fait qu'il n'est pas toujours aisé de garder une trace de toutes ses dépenses en temps réel.

Les espèces : un moyen de paiement pratique mais risqué

Comme la carte bancaire, les espèces peuvent être utilisées pour la plupart des transactions du quotidien et ont pour avantage de pouvoir être employées entre particuliers. Néanmoins, cette méthode est également plus risquée. En effet, contrairement aux autres moyens de paiement, elle ne laisse pas de trace directe. Il est donc beaucoup plus difficile d'obtenir gain de cause en cas de litige. Par ailleurs, en France, certaines transactions en liquide sont plafonnées. En tant que particulier, vous ne pourrez par exemple pas régler plus de 1000 euros à un professionnel. Cette somme peut être revue à la hausse, jusqu'à 15 000 euros, si le débiteur n'est pas domicilié fiscalement en France.

Le chèque : idéal pour les grosses transactions

Encore aujourd'hui, le chèque conserve son intérêt en cas de grosses transactions (loyer, caution, achat d'une voiture...), ce moyen de paiement n'étant pas plafonné. Il permet parfois aussi - avec l'accord du débiteur - de mieux étaler ses dépenses, puisque la somme peut ne pas être encaissée tout de suite. Néanmoins, un chèque émis étant valable pendant un an, pensez bien à garder suffisamment d'argent sur votre compte jusqu'à ce qu'il ait été débité. Cela vous évitera de mauvaises surprises.

Néanmoins attention, le chèque doit toujours être rédigé selon les règles en vigueur. De même, s'il peut être utilisé pour la plupart des transactions, certains commerces peuvent le refuser ou demander la présentation d'une pièce d'identité. Cela s'explique par le fait qu'en cas de vol ou de perte, un chèque peut être facilement forgé.

Le virement : la méthode la mieux sécurisée

Comparés à d'autres méthodes de paiement, les virements bancaires offrent une solution à la fois rapide et sécurisée puisque la dématérialisation limite le risque de vol. Vous pouvez effectuer un virement pour régler votre loyer ou certains frais importants, ainsi que dans le cas de transactions entre particuliers. Néanmoins, comme le chèque, procéder à un virement demande de la vigilance. En effet, gare à ne pas vous tromper au moment de rentrer le RIB de votre débiteur. Par ailleurs, comptez toujours quelques jours de délai entre l'émission d'un virement et le moment où la somme va être prélevée sur votre compte.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.