Arrondi en caisse : comment fonctionne le micro-don ?

Chargement en cours
En France, le micro-don est mis en place dans près de 4000 points de vente.
En France, le micro-don est mis en place dans près de 4000 points de vente.
1/2
© Adobe Stock, Prostock-studio

De plus en plus de commerces mettent en place des micro-dons. Une initiative solidaire qui permet aux clients de verser des petites sommes à des associations au moment de leur passage en caisse. Sans plus attendre, voici un focus sur les mécanismes de ce dispositif.

Le micro-don, qu'est-ce que c'est ?

Mis en place depuis la fin des années 2000, le micro-don est un dispositif solidaire généralement mis en place à l'initiative d'un commerce. En partenariat avec une association, l'idée est de proposer aux clients d'arrondir la somme de leur achat au moment de leur passage en caisse. La différence, qui s'élève généralement à quelques centimes, est ensuite directement reversée à l'association. Si la question peut venir à l'esprit de certains, les commerces qui choisissent de mettre en place le micro-don ne touchent pas d'argent sur les dons en eux-mêmes. En revanche, ils reçoivent une compensation pécuniaire sur l'installation des systèmes de collecte de l'argent. En France, ce service est présent dans près de 4000 points de vente appartenant à une vingtaine d'enseignes. Au total, ce sont environ 300 associations (dont UNICEF, CARE, Planète mer ou encore Le secours populaire) qui bénéficient de ce dispositif.

Comment est-il encadré ?

En France, c'est l'enseigne qui décide du montant de l'arrondi. Toutefois, et si la somme est en théorie libre, la grande majorité des commerces la définissent à l'euro supérieur. Par ailleurs, il n'existe pas de montant minimum standard à partir duquel celui-ci peut être proposé au client. Habituellement associé à un paiement par carte bancaire, le micro-don peut également s'appliquer lors d'une transaction en espèces. Néanmoins, et si au premier abord l'arrondi solidaire semble bénéficier de règles très flexibles, il ne peut être réalisé que sous certaines conditions.

Le client peut-il refuser un micro-don ?

Absolument. En effet, pour être légal, un micro-don ne doit être effectué qu'avec le plein accord du client. Voilà pourquoi les commerces ont pour obligation de signaler à leur clientèle la mise en place du micro-don avant le règlement des achats. Cela peut-être fait verbalement par le caissier ou bien via un message affiché sur le terminal de paiement. D'ailleurs, si le paiement est effectué par carte bancaire, le client doit valider manuellement le don. En cas d'erreur, il est également possible de contacter l'entreprise en charge des micro-dons pour demander un remboursement.

Quels avantages pour le donateur ?

En plus d'effectuer un geste solidaire, il est intéressant de noter que - comme les dons classiques - ces micro-dons peuvent faire l'objet de déductions fiscales. Pour cela, il faudra être capable de justifier d'au moins cinq euros de dons réalisés sur un an, ce qui nécessite de garder tous ses tickets de caisse. Grâce à eux, il sera alors possible de réclamer un reçu fiscal auprès du fonds de dotation Le Reflex solidaire qui soutient le dispositif des micro-dons. Avec ce reçu, vous serez ensuite en mesure de transmettre aux impôts lors de la déclaration de vos revenus.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.